• du 19 18 17 16...

    depuis le temps que je n'ai pas mis le nez dans l'blog...

    Chaque jour est un pas de plus (quel humour) pour se rapprocher de la grande mobilité!

    Virginie sait mettre ses 2 chaussures depuis hier! Enorme.

    Coté soin la cicatrice est belle au propre comme au figuré. "Des "cowboys de la prothèse" (dixit un ortho pédiste) travaillent comme des "bourins" en passant par une toute petite entaille (7cm) pour y glisser tant bien et plutot mal le matériel." Comme Virginie a une ouverture de 20 bon cm c'est un indice de plus que le travail a été bien fait.

    Du coté moral on est à J-5 du grand rendez-vous. L'oncogue nous donnera la suite du menu (on dit protocole!).

    Il faut quand même noté une grande différence par raport à 2004, en ce temps là à chaque fois qu'on croisait un médecin il nous annonçait de quoi rendre encore plus malade. Alors que cette fois-ci (peut-être en a-t-on croisé moins!?) j'ai le sentiment que ça se passe mieux, mais gardons-nous de joies trop hative...

    D'ailleurs pas loin du même tonneau (je remets ma casquette de prof) il me faut vous conter la parabole de la grenouille. Merci sonia c'est de toi que je la tient. Si on prend une grenouille vivante et qu'on la jette dans de l'eau bouillante aussitôt elle saute et s'en sort vivante. Alors qui si vous mettez cette même grenouille encore vivante dans une casserole d'eau froide, que vous chauffez tranquillement elle se fera cuire et en sortira morte. Qui fait la grenouille? Combien de temps reste-on dans la casserole quand la situation s'empire? Est-on assez vigilant pour voir qu'il faut bouger ou la tièdeur devient torpeur et pi c'est trop tard?

    Pour se rapprocher du cas présent c'est quoi qu'est mieux? Prendre une grosse douche (froide ou brulante) et se bouger pour sauver sa peau ou la technique des docteurs qui ne donnent pas toutes les mauvaises nouvelles d'un coup pour "qu'on puisse les entendre" les assimiler et se refaire un potentiel gniac suffisant avant d'affronter le palier suivant?

    Les 2 se défendent, mieux vaut ne pas les rapprocher de la grenouille, mais je tenais à la placer mon histoire de batracien!

    Allez à demain peut'êt bien.


  • Commentaires

    1
    sonia
    Jeudi 20 Avril 2006 à 18:11
    grenouille
    J'ai une autre histoire d'animaux que je rapporte du désert Mauritanien. Quand jétais dans les dunes sous 52°C, nous avons croisé un troupeau de chameaux en liberté : des chamelles et leurs chamelons, des chameaux. Normalement, ces bêtes ne vivent pas à l'état sauvage. Un chamelier est allé les récupérer en marchant doucement derrière eux. Juste pour les guider vers notre caravane.Le troupeau avançait groupé. A un moment, un des chameaux s'est écarté du groupe (pour cause de touffe d'herbe appétissante). Le chamelier n'a rien fait. Au bout d'un moment, ce chameau a levé la tête et s'est aperçu que le troupeau n'était plus là. Il a pris ses jambes à son coup (ce que fait trés bien un chameau) et a rejoint fissa le troupeau. Les touaregs comme les chameaux le savent. S'ils se retrouvent seuls dans le désert, ils ne s'en sortent pas.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :